Alhan Wa Chabab - Premiere Soiree du 29.12.2012




Idir parle des evenements de Kabylie

Dimanche dernier, le chanteur Idir avait du mal à entamer son concert à l'Arsenal de Metz, en France. Il avait ému toute l'assistance quand il évoquait les manifestations de Kabylie, notamment quand il parlait des dizaines de jeunes assassinés dans les rues des différentes localités de la Kabylie. Au terme de son concert, il a accepté de répondre à nos questions.

Liberté : La Kabylie est à feu et à sang. Quels sentiments éprouve Idir devant ce qui s'y passe ?

Idir : Quels sentiments voulez-vous que je ressente ? Par ce qui s'y passe, c'est la première fois qu'il y a des morts, beaucoup trop de morts. J'ai écouté le ministre de l'Intérieur dire que la mort du jeune de Béni Douala, était une bavure. Puis il a dit la même chose sur les six morts dans la wilaya de Béjaïa.

Aujourd'hui (dimanche 29 avril NDLR), nous sommes à 51 morts. Selon lui, il s'agit là de 51 bavures ! On se moque de nous ou quoi ? On tire délibérément sur des gens parce qu'on ne peut pas faire autrement. Avant de tirer, il y a des paliers. On peut toujours contenir une manifestation ou une émeute par des gaz lacrymogènes, par des canons à eau, des balles en caoutchouc ... il y a toute une série de méthodes qui ne sont, par ailleurs, pas à conseiller. Mais avant de tirer à balles réelles, il faut réfléchir.

Cheikh Hamada


Nous sommes dans la commune de Touahriya a 18 km de Mostaganem, lieu de naissance de Cheikh Hamada. Cette soirée du 4 avril est un prélude du festival en hommage au grand chanteur de bédoui Cheikh Hamada. Cette soirée 4 avril est un prélude du festival en hommage au grand chanteur de bédoui Cheikh Hamada prévu pour le 05, 06 et 07 avril.

Tous les habitants de Touahriya sont la pour assister à cette soirée. Dans le centre de la commune est disposée une immense tente, dans laquelle l'assistance est accroupie par terre, sur les tapis disposés. La plupart des présents ont la tête enturbannée et portent les gandourahs traditionnelles.

Comme animateur, il y a un meddah qui annonce à chaque fois le chanteur ou le poète, et la nature des textes ou des vers, d'amour, de social ou nationalistes en juxtaposant ses interventions avec des petites anecdotes drôles.

Entretien avec Radja Meziane 17.12.2012

Raja Meziane, finaliste de l'émission Alhen oua chabab, la star academy version Algérie, revient avec un nouvel album Mrayti.



Takfarinas anime un point de presse à Tizi Ouzou (09.08.2012)


21 ans après, Takfarinas retrouve son public de Tizi Ouzou avec un méga-concert au stade Oukil Ramdane. Dans l'après-midi qui a précédé le grandiose gala, il a animé une conférence de presse à la maison de la culture Mouloud Mammeri.



Histoire de la chanson et de la musique oranaise








Takfarinas, son premier clip




Idir, entre scenes et terres


Fils de berger, Idir naît Hamid Cheriet en 1949, à Aït Lahcène en Kabylie. En 1973, alors étudiant en géologie à Alger, il remplace au pied levé une artiste défaillante qu'il était venu accompagner lors d'une émission sur la chaîne kabylophone de la radio algérienne. Cette chanson, « A Vava Inouva » (Mon petit papa), fait le tour de l'Algérie sans être gravée sur disque ...

Un film de Jean-Paul Miotto

كاتشو - زين الشاوي هبلني




Baaziz, je ne regrettes rien

Là salle Ibn-Khaldoun affichait complet mardi dernier pour les retrouvailles avec l'enfant turbulent, le protest-singer Baâziz.

Les rimes de mister Abi comme la voix chaude de cheb Saïdi ne réussirent pas à faire patienter les fans du verbe cru, qui scandaient son nom. De l'aéroport à la salle, Baâziz eut juste le temps d'enfourcher sa guitare pour passer à la moulinette l'ENTV, les généraux, HHC et les barbus, repris en choeur dans la salle ... Baâziz n'a pas besoin de l'ENTV. Rencontre a chaud.

Le Matin : L'été dernier, vous avez été interdit de passer dans la tournée de Jill Music Live. Comment se passent les retrouvailles avec la scène et le public aujourd'hui ?

Baâziz : Ça a repris depuis quelque temps. Le MDS a eu le courage au début de me programmer pour un concert au Centre familial de Ben Aknoun. J'ai fait aussi le l'anniversaire d'El Khabar. Mais pour revenir à cette histoire d'interdiction, je ne pense pas qu'il y ait eu une censure officielle, il y a eu des inquiétudes, beaucoup plus de zèle qu'autre chose. Des walis ont refusé mes spectacles. Ils m'ont annulé des scènes à Boumerdes comme à Tizi. Ils ont eu peur, vous savez comment ça se passe en Algérie ... Ensuite, grâce à Sonostar, je me suis remis à faire des spectacles. J'ai fais Béjaïa plusieurs fois, j'ai fait Alger. Et voilà, je reviens sur scène.
Custom Search

Message le plus consulté de la semaine