Cheb Lamine - Lala Fatima




Matoub Lounes - La reddition ou la resistance




Hamid Baroudi - Caravane to Bagdad




Zahra avec Amel Wahbi زهرة مع امل وهبي




Abdelkader Meksa

Abdelkader Meksa, né le 4 juin 1954 à Mira (Timizart) en Algérie, est un chanteur kabyle. Il est décédé à Créteil (France) le dimanche 30 octobre 1988, à l’âge de 34 ans. Il sera enterré dans son village natal, auprès de ses parents.

La version officielle de la mort de Abdelkader Meksa est qu'il « a été assassiné avec un objet contondant un coup sur la tempe » qui a provoqué une hémorragie cérébrale le 30 octobre 1988.

Meksa arrive en octobre 1976 à Paris, où il rencontre Nathalie, ils s'installent tous les deux à Épinay-sur-Seine, ils ont deux enfants un garçon en 1979 prénommé Darius qui décède bébé, puis Missiva en 1980.

Abdelkader Meksa, est un conteur et chanteur de génie celui de narrer l'histoire de la Numidie en chansons Il est l'auteur de célèbres chansons comme " Massinissa ", " Loundja ", " Tafsut " qui lui ont valu un succès notable dans les années 80.

Il a joué un rôle prépondérant dans la dynamisation de la chanson berbère des années 19702.

امل وهبي - حبيت




Koussam - Casbah (Selma Angar)




Hamdi Benani - Entouma Ch'houdi


Hamdi Benani réussit à apporter un nouveau souffle à la musique Malouf et une certaine vivacité avec ses titres " Mahboubati " ou encore " Adala Ya Adala " ce qui lui vaut un large succès auprès du public. Cette reconnaissance le hisse au niveau de ses maîtres aînés Hassen El Annabi, Mohamed Tahar Fergani et Abdelmoumène Bentobal.

Dahmane El Harrachi - Khalini nertah دحمان الحراشي - خليني نرتاح



Abbas Righi, chanteur de malouf

Je suis titulaire d'une licence en sciences commerciales. Pour ce qui est de la musique, j'ai commencé en 1998 avec la Zaouia Errahmania et Ettariqa El Aissaouia sous la direction de Zine Edine Benabdellah jusqu'en 2002 où j'ai rejoint le conservatoire auprès du maître Abdelkader Darsouni. Je me suis engagé ensuite, en 2004, avec l'association Alliance Culturelle de Cirta. Ce choix est motivé par le fait que je voulais apprendre à jouer d'un vrai instrument, car au conservatoire, j'étais seulement percussionniste. Deux ans plus tard, j'ai regagné le conservatoire et j'ai appris à jouer du luth grâce aux conseils et aux leçons de mon cheikh Darsouni.

Et pour ce qui est de votre parcours ?

J'ai participé en tant que chanteur en 2007 à la première édition du festival national du Malouf de Constantine, j'étais classé 4e. L'année suivante, j'ai intégré l'Orchestre Régional de Musique Andalouse Malouf avec Samir Boukredera et 5 mois plus tard, j'ai rejoint l'Orchestre National de Musique Andalouse. Toujours en 2008, j'ai participé aux festivals d'Alger et de Skikda, mais aussi à la deuxième édition du festival national du Malouf, j'étais second au classement. En 2009, j'ai eu enfin le premier prix.

El Gusto


La bonne humeur, El Gusto caractérise la musique populaire inventée au milieu des années 1920 au coeur de la casbah d'Alger, par le grand musicien de l'époque EL ANKA. Elle rythme l'enfance de ses jeunes élèves du conservatoire, arabes ou juifs. L'amitié et leur amour commun pour cette musique qui " fait oublier la misère, la faim, la soif" les rassemblent pendant des années au sein du même orchestre jusqu'à la guerre et ses bouleversements. El Gusto, Buena Vista Social Club Algérien raconte avec émotion et... bonne humeur comment la musique a réuni ceux que l'histoire avait séparé il y a 50 ans.

Réalisé par : Safinez Bousbia
Avec : Mamad Haïder Benchaouch, Rachid Berkani, Ahmed Bernaoui, Robert Castel, Abdelkader Chercham, Luc Cherki, Redha el-Djilali, Mohamed el-Ferkioui.
Custom Search

Message le plus consulté de la semaine