Mohamed El Badji

Sa vie a commencé le 13 mai 1933 à climat de france a Alger, le quartier ou il a vu le jour.
En 1938 sa famille déménage au Boulevard Bru Alger, ou il intégra l'école coranique chez Cheikh Bessekri puis chez Cheikh Kettou a la rue des Muriers (Z'nikkatte Ettoutte), jusqu'à son inscription à l'école française de 1941 à 1947 au Clos Salembier, El-Madania actuellement; a une époque ou le militantisme pour l'indépendance du pays montait en flèche.

1948 sa vie prit une autre tournure, il intègre le Scout Musulman de son nouveau quartier la Redoute, maintenant El-Mouradia, qu'il fréquenta dans la discrétion la plus totale et à l'insu de sa famille.

De 1951 à 1954 il a travaillé comme docker au port d'Alger, puis vint son arrestation pendant la grève des 8 jours en janvier 1957, torturé a la villa Suzini (ex consulat d’Allemagne), et jugé par le tribunal militaire français, ils étaient sept du même quartier à être condamnés à mort.

Badji Mohamed, à Serkadji devant la guillotine année 1970.
Pendant son incarcération à Serkadji ex Barbarouse, alors qu'il attendait son tour pour être guillotiné, vit un rêve un homme vêtu en blanc lui dire (ya mohamed el-djazair retrouvera son indépendance et tu resteras à Serkadji comme employé gardien), un rêve devenu plus tard réalité puisque Badji Mohamed a été à l'indépendance recruté dans cet établissement comme gardien.



Sa vie d'artiste commença bien avant son incarcération dans son quartier en compagnie de Guerrouabi son camarade de classe, chez Moussa Bousbaa qui leur a inculqué les rudiments du chaabi.

Il découvrit son don de poète en prison ou il écrivit El-Meknine Ezzine en hommage à Boualem Rahal, guillotiné à l'age de 18 ans.


Paris année 2000 festival du Chaabi, sur la photo le frère de Meskoud décédé depuis, Hamidou, inconnu , cheikh Allah yarahmou et l'acteur Fouzi Saichi.

Il enchaîna, en 1963 avec l'éternel Bahr Ettoufane écrite à la mémoire de son ami disparu en mer. Echeikh Allah Yarahmou a composé plus de 40 chansons paroles et musiques c'est un compositeur auditeur, et il a travaillé avec beaucoup de chanteurs (ses) tels que, Boudjemaa El-Ankis, Amar Ezzahi, Hacen Said et Anissa dans un duo, Chaou Aek, Aziouez Rais, Sid-Ali Lekkam, Diddine Karoum et Radia Adda dans un duo aussi, Nacer Galize, Mohamed Lamraoui, Nacer Aya, Kamel Messaoudi, Nourredine Allane, Saloua, Faiza El-Djazairia, Naima Djazairia

Il a aussi participé a deux film Algérien, la Bataille d'Alger ou il joue son propre rôle du condamné à mort en 1966, et Saha ya Dahmane avec son ami Dahmane El-Harrachi en 1980.

Mohamed El Badji s'est éteint le 28 juin 2003 à l'age de 70 ans.

Custom Search

Message le plus consulté de la semaine